Le rucher de Châtillon sur Morin

Grille à grand passage

, 16:29pm

Publié par Eric

Grille à grand passage.

Pourquoi avoir appelé  une grille à reine « grand passage ».
C’est très simple, quand une ouverture a été réalisée de chaque côté de la grille, les abeilles n’essayent même plus de passer au milieu de celle-ci, mais passaient directement par les ouvertures latérales, ce qui provoque une très grande circulation et un passage prononcé d’abeilles d’où ce nom que je lui ai donné.

En quoi cela consiste :

C’est simplement une grille a reine classique en matière plastique, facile à découper à laquelle j’ai retiré de chaque côté une partie de la grille, pour laisser aux abeilles, un accès important totalement vide, sans obstacle ni retenue et direct à la hausse.

La grille à reine gène-t-elle l’accès à la hausse

Je maintiens que c’est un obstacle pour les abeilles et ce n’est pas un accès naturel au stockage de leur miel. Elles sont obligées de faire de l’escalade pour monter dans les hausses, du dessus des cadres de corps au-dessous des cadres de hausses en passant par la grille à reine, ce qui les freine quand il y a une miellée importante. C’est simple à comprendre, quand vous êtes face à une colonie  qui ne veut pas monter dans la hausse, ne mettez pas de grille à reine, laissez les deux jours tranquilles le temps que les abeilles se familiarisent avec les cadres de hausses et remettez la grille reine en prenant soin de vérifier que la reine n’est pas dans la hausse et vous constaterez qu’elles veulent bien monter, d’une part parce qu’elles ont compris que malgré l’obstacle, elles pouvaient stoker, mais aussi, si elles ont commencées les constructions des cadres, c’est par instinct de survie qu’elles y retourneront. Sans cette opération de familiarisation, il y a de grandes chances qu'elles déclenchent une procédure d'essaimage.
Mais attention, si vous ne réagissez pas rapidement lorsqu’elles sont nombreuses et qu’elles ne montent pas dans la hausse quand une miellée se prépare, elles vont se cantonner dans le corps de ruche et par manque de place, elles vont essaimer. Idem si seulement une partie de la population travaille dans la hausse, le plus gros de la colonie va se trouver à l’étroit dans le corps de ruche et par instinct naturel vont s’en aller. À vous de comprendre et d’interpréter voir d’anticiper leurs réactions naturelles.

La reine monte-t-elle pondre

En règle générale, si vous placez la grille à grand passage quand la population est à son maximum d'abeilles, la reine reste dans le corps parce que le passage est si intensif qu'elle ne s'aventure pas dans la hausse. Malgré tout, cela peut arriver que la reine fasse une intrusion dans la hausse, cela ne me dérange pas, car je travaille qu’avec deux types de cadres, des cadres de hausse et de corps Dadant, donc si une reine va pondre dans un cadre de hausse, je récupère celui-ci et le place dans un de mes nucléis constitués de cadres de hausse. Pour vous qui n'utilisez que les cadres de hausse pour le miel, retirez ce cadre et faite le nettoyer en le laissant à 20 mètres de votre rucher. Attention, soyez vigilant, la reine doit être remise dans le corps de ruche.

Pourquoi les reines montent très peu dans la hausse
C’est relativement simple, le passage opéré dans la grille va laisser passer beaucoup d’abeilles et gêner le passage de la reine, en effet ce sont des abeilles travailleuses qui ne s’occupent pas de la reine et de son bien-être, mais de la survie de la colonie c’est pourquoi elles la chassent parce qu’elles estiment qu’elle n’a rien à faire là, en fait quand la population est nombreuse, les phéromones de la reine se dispersent mal et celle-ci n’est pas forcement reconnue par ses congénères.
D’autre part, l’ouverture correspond à  l’emplacement des inters cadres les plus proches des deux extérieurs de la ruche et la reine n’y va guère pour pondre, si toutefois elle s’aventure sur la face des deux derniers cadres et qu’elle veut monter sur la tête de cadre, elle va se trouver face à la grille a reine. C’est pourquoi même la reine laisse le passage aux abeilles et se cantonne de vivre avec ses accompagnatrices et nourrisses sur le reste du corps de ruche. Les abeilles ayant la facilité de stockage dans la hausse, peuvent même monter le miel se trouvant dans le corps de ruche pour laisser de la place à la reine afin que celle-ci continue sa ponte.
Le point important est que la population se trouve bien moins compressée dans le cœur de la ruche, vu que la plus grosse partie des travailleuses se trouvent de chaque côté, ce qui réduit l’envie d’essaimer et laisse beaucoup plus d'espace au cœur de la ruche et donc plus de liberté de mouvement à la reine pour pondre.

Diminution de l’essaimage
J’ai constaté que lors d’une miellée, la colonie ne pense pas à essaimer, mais quand celle-ci est finie elles s’empressent de se sauver, alors soyez vigilant quand la miellée se termine. Elles jouent leur rôle dans le sicle naturel et c'est souvent l'apiculteur qui, par manque de surveillance, laisse partir ses abeilles.

Abeilles noires

Je travaille avec des abeilles noires, elles sont parfois susceptibles et il  faut apprendre à les connaitre, en effet, la plupart des documentations que l’on peut trouver dans les librairies sont sur les buckfast, les abeilles conçues pour le remplissage des hausses, c’est pourquoi les abeilles noires sont méconnues et décrier par ignorance.
Aujourd’hui elles ont une réputation de violentes, de caractérielles propagées par des apiculteurs qui n’ont pas appris à comprendre leur façon de vivre. Par exemple, le début de la saison est beaucoup plus lent au développement de la colonie par rapport à d’autre race, par contre, ce sont des abeilles très bonnes gestionnaires de leurs réserves. C’est pourquoi au début des miellées j’avais l’impression qu’elles ne réagissaient pas, j’avais l’impression qu’elles ne monteraient pas dans les hausses et que ce n’était pas la peine de leur poser une hausse et à ma grande surprise, elles les remplissaient en peu de temps et rattraper les autres colonies. Quand les abeilles noires sont violentes, c’est qu’il se passe quelque chose d’anormal, cela peut être un manque de pollen, de nectar, de miellée ou une maladie qui provoque cette agression, mais dans la plupart des cas ce sont des abeilles qui sont aussi sociables que si vous les comparez à certaines hybrides. Ce sont souvent des abeilles méconnues qui méritent d'être comprises, il faut apprendre à les comprendre. 

Test réalisé

J’ai passé beaucoup de temps à faire des essais en commençant par réduire la hauteur des hausses et garder les grilles à reines pleines (sans découpe). En effet, je pensais qu'en réduisant la taille des hausses, les abeilles produiraient beaucoup moins d'efforts étant donné que je réduisais l'espace entre le dessous des cadres de hausse et la grille à reine. Cela n'a rien changé. Le second test fût de réduire l'espace entre le dessus des cadres de corps et la grille à reine, j'ai donc remonté les rails d'espacement des cadres. Toujours pas concluant.
J'ai également mis des cadres de hausse totalement construits pour leurs éviter du travail supplémentaire en pensant leur facilité la tache.
Par désespoir de cause, j'ai même enlevé la grille à reine, un carnage !
Tout ces essais m'ont permis de voir aboutir cette "grille à grand passage"

Comment l’idée m’est venue

À force d’observation, surtout lorsque j’introduisais des cadres de hausse à construire, je voyais bien qu’elles ne montaient pas, mais elles arrivaient à traverser la grille en se contorsionnant pour me montrer leur présence. C’est là que je me suis dit que cela les gênaient réellement. Suite à mes essais j’ai réalisé un mixte de tout cela et commencé les premiers essais en découpant une grille a reine. D’abord quelques parties et puis j’ai agrandi pour me satisfaire de mon résultat actuel, et ce fût un succès. Depuis je ne place plus que cette grille, mais je me répète, toujours avec une colonie très populeuse.

Conclusion
Après ces années de test, je suis content de pouvoir partager avec vous ce nouveau concept, il facilite la vie des abeilles et fait sourire l'apiculteur qui voit se remplir ces hausses.
Bonne année apicole et que le miel coule à flot.